Bastien dans Articles minutes

Responsabilité numérique ?

L’information est libre sur Internet parce qu’on a crée un système qui veut ça. Ce système, c’est celui de la publicité en ligne et de la revente des données personnelles. D’où la désillusion dont Jaron Lanier est le porte-parole : cet Internet qu’on croyait vecteur de liberté est devenu créateur de monopoles inquiétants.

Information is free on the Internet because we created the system to be that way. – Jaron Lanier, “Pay Me for My Content” (New York Times)

Une responsabilité numérique des entreprises ?

Au coeur de la Responsabilité numérique des entreprises, une idée simple : si nous avons créé un système qui libère l’information, nous pouvons aussi créer un système qui modère le pouvoir que les grands du numériques ont pris sur nous, comme à l’insu de notre plein gré.

img/Tuerkischer_schachspieler_racknitz3.jpg

Comment forcer le système à prendre au sérieux notre liberté ?

Un article récent d’Hubert Guillaud décrit deux solutions. La première, avancée par Jaron Lanier, consiste à militer pour que les internautes soient rémunérés en échange de l’exploitation de leurs données personnelles et de leur « travail », souvent invisible. La deuxième, portée par Antonio Casilli et d’autres, est celle d’un revenu inconditionnel universel des internautes.

Les internautes n’arriveront pas à s’organiser massivement pour faire payer leurs contributions : on peut surmonter les problèmes techniques, avancer sur un nouveau statut juridique pour les données personnelles, mais cela ne suffira pas. Il est trop difficile pour l’instant de revenir sur les usages et les mentalités. Il y aura toujours assez de gens pour donner quelque chose qui ne vaut à leurs yeux presque rien (leur vie privée ?) en échange de quelque chose qui vaut presque tout (leur vie sociale ?).

Je ne crois pas non plus à l’idée d’un revenu inconditionnel universel des internautes. Je ne suis pas spécialiste de la question, donc vous me direz pourquoi j’ai tort, mais je me permets de réagir d’instinct, comme j’avais fait pour l’idée d’une licence globale : le prix à payer pour mettre tous les acteurs d’accord pour une telle rémunération est trop élevé pour que le projet aboutisse.

Je propose une troisième idée : la mise en place d’une responsabilité numérique des entreprises (RNE).

Comment la RNE peut aider à nous redonner de la liberté ?

La RNE s’inspire de la Responsabilité Sociétale des Entreprises : un dispositif de responsabilisation des entreprises face aux effets qu’elles exercent sur la société.

La responsabilité numérique des entreprises serait un dispositif de responsabilisation des entreprises face aux effets qu’elles exercent sur l’infrastructure matérielle et logicielle soutenant Internet, et sur les biens communs numériques qui y fleurissent.

Quelques pistes pour la construction d’un indicateur RNE :

  • est-ce que l’entreprise soutient la neutralité du net?
  • est-ce que l’entreprise contribue au développement de logiciels libres?
  • est-ce que l’entreprise contribue à Wikipédia ou aux autres projets de la fondation Wikimédia?
  • est-ce que l’entreprise contribue à OpenStreetMap?
  • est-ce que l’entreprise contribue à la sensibilisation du public sur la façon dont les données personnelles sont commercialisées?
  • Etc.

La RNE contribuerait à la liberté de notre environnement informatique comme la RSE contribue à la défense de l’environnement écologique.

À noter que cette troisième idée n’est pas incompatible avec l’idée d’encourager les Internautes à monnayer leurs contributions ou avec l’idée d’instaurer un système de rémunération global. L’idée de RNE peut d’ailleurs agir comme catalyseur pour ces autres idées : en nous mettant autour d’une table pour définir les indicateurs de la RNE, nous rencontrerons certainement ce que toutes ces idées ont en commun.

Et maintenant ?

J’ai proposé l’idée de la responsabilité numérique des entreprises dans un atelier piloté par withoutmodel.com en vue du rapport sur la transformation numérique de l’économie. Cette proposition figure dans le rapport final (proposition n°14), faisons en sorte qu’elle retienne l’attention !

Si ça vous intéresse qu’on y réfléchisse, mettez un mot en commentaire de cet article ou envoyez-moi un mail, et invitez vos amis à rejoindre la discussion.

S’il y a assez de retours, je mettrai en place un site et une liste de discussion pour que nous puissions rendre les échanges constructifs.

Qu’en pensez-vous ?