Bastien dans Articles minutes

D'Open Experience à Open Models

Tout commence, si je me souviens bien, un jour de l’été 2013. Je déjeune avec Antoine Van den Broek qui me donne des nouvelles de La Mutinerie, un lieu dans lequel j’ai « co-worké » avec plaisir pendant six mois.

En parlant des formations qui débutent à La Mutinerie, Antoine et moi en venons à parler de formations possibles autour du logiciel libre (mon dada). Mais « formation » ne convient pas : il faudrait plutôt inventer une façon de partager les expertises des uns et des autres autour du libre. Sauf que « libre » ne suffit pas non plus : il faudrait élargir à ce qui touche à « l’ouverture » en général : crowdfunding, collaboratif, etc.

Ça commence à faire beaucoup – mais pourquoi pas ?

Quelques mois plus tard, le projet atterrit entre les mains de Louis-David Benyayer, of WithoutModel’s fame. J’avais déjà croisé Louis-David dans un Labolex de ShareLex (small worlds) mais nous n’avions pas vraiment eu le temps d’échanger. Car figurez-vous que dans ces réunions de la #frenchtech socialement innovante, on bosse !

Première réunion, super : WithoutModel orchestrera une série de conférences sur les «modèles ouverts» en 2014. On débutera avec une soirée sur l’ouverture dans les domaines de l’art et de la culture, préparée et animée par Lionel Maurel ; puis on continuera avec votre serviteur et le logiciel libre. Au moment où j’accepte, un petit lutin mental me rappelle que je me suis promis d’en faire moins pour les yeux de la princesse, mais le panel de gens impliqués dans ce projet est tellement motivant que c’est un honneur de contribuer (yes, sire !)

La suite vous la connaissez : la série de conférences Open Experience débute à la Mutinerie, franc succès de conférence en conférence, et un livre qui sort pour fêter et prolonger ces réflexions partagées : http://openmodels.fr

Ce que vous savez moins parce que je ne l’ai dit à personne, c’est tout le plaisir que j’ai eu à faire partie de l’aventure. J’ai rencontré des gens que je ne connaissais pas, j’ai eu des discussions que je n’attendais pas, et j’ai appris plein de choses. J’ai aussi compris à quel point il était important de communiquer efficacement sur ces sujets, et je suis bien content que WithoutModel ait réussi ce pari haut la main.

C’est quoi ce livre au juste ?

Ce livre n’est pas un ouvrage de recherche, ni un dépliant publicitaire, ni une compilation de témoignages.

C’est un recueil d’expériences vécue, réfléchies, partagées, ouvertes.

Les contributeurs reviennent à haute voix sur l’histoire parfois très récente des projets qu’ils connaissent bien, et dans ces réflexions se mêlent à la fois observations et désirs. Les « modèles ouverts » abordés sont très différents les uns des autres, et cette absence de paradigme fait que chaque voix compte et apporte du nouveau.

Vous pourrez le lire en allant directement à ce qui vous intéresse, ou en l’étudiant plus à fond ; en collectant des références d’autres livres à lire, ou en envoyant un mail aux auteurs pour prolonger la discussion.

Voilà : ce livre est une discussion ouverte, et je vous y convie.

À qui allez vous offrir ce livre ?

Il y a trois personnes à qui je vais offrir ce livre : Thomas Piketty, Mathieu Ricard et Toni Negri.

Thomas Piketty parce que les phénomènes abordés dans le livre s’insèrent tous dans le monde bien réel de notre économie, et proposent des changements de perspective au sein de ce monde.

Mathieu Ricard parce que les initiatives présentées dans le livre sont toutes le résultat d’un esprit pratique de partage, et que cet esprit, s’il n’a pas de vocation proprement spirituelle, se dresse néanmoins contre cette forme caricaturale d’individualisme qu’on veut nous faire admettre comme essence de l’homme. (Ne me demandez pas qui est « on ».)

Toni Negri parce que le champ abordé dans cette série de conférences, quoiqu’apparemment apolitique, promeut plusieurs micro-changements réels et potentiels, changements qui sont les signes de nouvelles façons d’agir politiquement.

Et vous, à qui allez-vous l’offrir ?